Canté

 

Entre Lissac et Saverdun


cantelogo

A quelques centaines de mètres en retrait de la D27, Canté, qui aurait été bâti, selon C. Barrière Flavy, sur les restes d'un établissement romain, escalade le coteau au sommet duquel est érigée son église au clocher octogonal caractéristique et toujours remarquable, bien qu'en partie effondré.

Celui-ci serait constitué par une tour d'angle du château, construit au XIIIe siècle et aujourd'hui disparu, à partir de laquelle l'église aurait été érigée aux XVe et XVIe siècle. Elle contient de nombreuses pièces originales et

cante2

remarquables provenant vraisemblablement, pour certaines, d'autres édifices historiques religieux. Sous le sanctuaire, la crypte voutée fut la chapelle funéraire de la famille Foix Rabat. La crypte rénovée peut être visitée.

Bien que peuplé de 205 habitants, le village s'est équipé d'établissements et d'équipements visant à y attirer et y retenir les estivants : plusieurs gîtes ruraux et chambres d'hôtes, une salle polyvalente et un terrain de tennis en matière synthétique.

Canté s'honore tout particulièrement d'être la patrie présumée de Benoît XII, Jacques Fournier de son nom laïc, Pape en Avignon, et du général d'empire Jacques Thomas Sarrut, tué à Vittoria le 26 juin 1813, qui a donné son nom à de nombreux espaces publics et rues en Basse-Ariège.

cante_5